Document sans nom
News Catalogue Espace
Pro - presse
Services
et SAV
Boutique
 
 
Titre : Orléans : le jeu qui peut se la jouer solo !




Orléans : le jeu qui peut se la jouer solo !




Une chronique de Ludovox. Orléans et son extension Invasion.

Pour le reportage complet, images supplémentaires et commentaires, c’est ici : Ludovox.

Orléans est un jeu de gestion édité en version originale chez DLP Games (Essen 2014). La particularité du jeu s’avère son système de ‘bag-building’ qui permet de réaliser ses actions non pas à base de cartes, mais de meeples & jetons. Eolean a déjà présenté le jeu de fort bonne manière via cet article de type JP, bien avant que la VF ne voit le jour chez Matagot en 2015.

Déçu de cette mécanique de « bag-building » lors de la découverte de Hyperborea, je n’avais pas trop prêté attention à Orléans. Mais j’ai tout de même rectifié le tir à l’automne dernier en empruntant le jeu à la ludothèque, et bien m’en a pris. Le jeu m’a plu et même conquis, et ma première partie fut une partie solo en simulant 2 joueurs, histoire de bien appréhender les règles et présenter le jeu sereinement à mon groupe de joueurs.

Je suis même devenu légèrement addict au jeu suite à quelques parties à plusieurs joueurs, je me suis ainsi empressé d’acquérir le jeu et son « fan kit cinquième joueur » qui remplace les jetons par des meeples (avec un bon résultat mais nécessite de la patience pour « pimper » le jeu avec un exercice de collage fastidieux).

Je me suis alors intéressé aux variantes et différents modes solo existants. N’allez pas croire que j’apprécie plus de jouer en solo qu’en communauté : c’est totalement faux. Le défi est nettement moins emballant, dénué de son aspect social et occultant de sacrés plaisirs du jeux à plusieurs : le partage et la convivialité. Mais il est vrai que j’apprécie l’exercice lorsque mes camarades de jeu sont indisponibles, notamment pour découvrir les règles des nouveautés et expérimenter de nouvelles stratégies.

C’est plutôt intéressant avec Orléans car le talon d’Achille du jeu est peut-être bien cette piste de développement, un passage obligé pour prétendre à la victoire en faisant un bond au niveau score. En effet, on multiplie en fin de partie son niveau de développement par la somme du nombre de ses comptoirs et du nombre des citoyens en sa possession. Autant dire que cette formule ne donne pas le même résultat avec un niveau de développement moyen (3) qu’avec le maximum possible (6), genre 3 x 10 = 30 PV vs 6 x 10 = 60 PV crée un gros différentiel. Est-ce vraiment le cas ? N’y aurait il pas d’autres voies stratégiques vers la victoire pour compenser les PV attribués par cette piste ? Quelles tuiles lieux permettraient de rattraper l’écart ? Toutes ces questions peuvent être par exemple levées en jouant le mode solo en duel contre un robot.

Il existe plusieurs règles et trames solo pour Orléans et comme je les parcours les unes après les autres, je me suis dis que la présentation de chacune d’entre elles pourrait intéresser les aficionados du jeu ! Et il y en a, au vu de la rupture du jeu en boutique et sa bonne notoriété justifiée. Gus a classé le jeu n° 1 dans son top 3 de 2015 dans son article où les blogueurs ludiques révèlent leurs jeux coup de coeur de 2015. J’ai hissé pour ma part Orléansà la seconde place dans mes tops & flops 2015, détrôné seulement par l’excellent Voyages de Marco Polo.

De plus, l’extension du jeu Invasion contient du matériel dédié pour pas moins de 3 scénarios solos différents, preuve que ces variantes s’adaptent bien dans le jeu et que l’auteur, Reiner Stockhausen, a désiré développer l’idée du jeu en solo. Il a classé les scénarios en 3 niveaux de difficulté croissante : I (facile), II (moyen), et III (difficile).

J‘ai donc pris beaucoup de plaisir à découvrir la variante solo du jeu de base et les différents scénarios solitaires. Je vous en souhaite tout autant et cela ne devrait pas être trop difficile si vous appréciez un tant soit peu le jeu.

La grosse extension Invasion propose du matériel supplémentaire et d’autres modes de jeu en plus des 3 scénarios solo décrits dans cette chronique, avec à la clé de nouvelles expériences et règles du jeu à plusieurs. Se trouve notamment la contribution du couple Brand (A l’ombre des Murailles, Murano, Descendance, Saint-Malo, Clochemerle…) qui a pondu une extension du jeu intitulée « Prospérité » pour 2 à 5 joueurs et un scénario coopératif pour 2 à 5 joueurs nommé « Invasion ». Reiner Stockhausen a lui crée un mode duel spécifique pour 2 joueurs. La version française est prévue chez Matagot pour très bientôt (printemps 2016) !

Pour plus d’actualités et autre reportages sur nos jeux : Notre page Facebook

Matagot sur Twitter : @editionsmatagot

 

Accéder à la boutique


A découvrir également :