Détail du produit

Princess Jing

Fraga nous raconte l'histoire de Princess Jing (2/2)

15 feb 2018

Voici la suite du carnet d'auteur réalisé par Roberto Fraga. Retrouvez la 1ère partie juste ici.

 

 

En 2012 (Au Festival des jeux de Cannes) la défunte et très controversée société WITTY GAMES me propose de publier le jeu. Je refuse….

 

En 2013 (Toujours à Cannes), Timothée LEROY, alors boss de JACTALEA me propose d’en faire une version avec des colonnes en bois imprimé et un plateau en cuir. J’hésite…

 

En Octobre 2013, je suis en dédicace pour PINGO PINGO sur le stand de IELLO au salon d’ESSEN. A ma gauche il y a un illustrateur avec un talent époustouflant, devant lui une file interminable de fans attendant leur tour. Je lui avoue timidement que j’aimerai beaucoup avoir un jour un jeu illustré par lui. Il sourit. Cet artiste, c’est NAÏADE…

 

Toujours en 2013, MINDTWISTER, une société scandinave qui publie PENTAGO dans le grand Nord, est emballée par AKHENATON et m’envoie très vite un contrat d’édition.

Vais-je enfin réussir ?... Pas encore car quelques mois plus tard, ils changent d’avis pour des raisons jamais communiquées. Restons zen…

 

En 2014, Hicham (MATAGOT) qui venait de publier RIVER DRAGONS magnifiquement illustré par PIERÔ, et qui commençait à travailler sur POLARIS (le futur CAPTAIN SONAR) montre de l’intérêt pour le jeu et me propose d’étudier une version moins coûteuse avec des paravents dans la cité interdite.

  

 

Le premier prototype de PRINCESS JING est né, merci MULAN !

 

Comme les sensations sont très bonnes avec ce nouveau type de matériel et ce nouveau thème, Hicham prend la décision de publier PRINCESS JING/AKHENATON et un VRAI contrat est enfin signé.

 

Mais après autant d’échecs, de désillusions, de revirements, je reste encore inquiet et attend le moment où le jeu sera finalement produit et en boutique.

 

En 2015, les premières études pour les formes des paravents commencent.

    

 

Il faut penser aux proportions, à l’espacement des paravents, aux angles de vue dans les miroirs, aux dimensions de chaque élément, à l’assemblage, etc…

  

 

En 2016, Hicham me donne rendez-vous au Festival des jeux de Cannes pour une réunion de travail avec le futur illustrateur de PRINCESS JING, et je me retrouve face à face avec NAÏADE, l’homme qui m’avait très fortement impressionné à Essen trois ans plus tôt.

 

Je suis tellement impressionné que j’en bafouille, mais je suis heureux. Le jeu de toute une vie enfin publié et illustré par NAÏADE… cela valait vraiment le coup d’attendre 20 ans !!

 

Après Cannes, NAÏADE propose une forme de paravents et je fais des tests pour vérifier les proportions, les angles de vue dans les miroirs, etc…

  

 

Entre 2016 et 2018, le développement du jeu est long mais après une longue marche de 20 ans, je peux bien attendre 2 ans de plus. D’autant plus que l’ami NAÏADE fait vraiment un travail sublime !

  

 

 

Nous voilà enfin en 2018, et le résultat final est époustouflant, magique, au delà de mes espérances, cela valait VRAIMENT le coup de persévérer… pendant 20 ans !!!

  

Pour terminer voilà une belle citation de LUDOVOX qui illustre bien la très longue et belle histoire de ce jeu. Merci à eux !

 

« La fleur qui s'épanouit dans l'adversité est la plus rare et la plus belle de toutes ! »

 

Roberto Fraga